Toute pensée commence par un poème (Alain)

accueil

commander

 

Jean-Luc Despax est né en mai 1968. Il est agrégé de lettres modernes et diplômé en littérature comparée. Poète, il reçoit le prix Arthur Rimbaud en 1991. Romancier, il a écrit sur le poète russe Ossip Mandelstam et sur la condition politique des enseignants. 

 

Jean-Luc Despax
Denis pouppeville : La Joie des profondeurs

Collection Trait d’Union
Format 18x23cm
320 pages
Prix 25€
Isbn 978-2918220-76-3

 

 

 

 

 

 

 

 

Despx-Pouppeville

Le poète Jean-Luc Despax a rencontré le peintre Denis Pouppeville à l’occasion de la préparation de son recueil Rousseau dort tranquille, et la langue colorée du poète est tombée sur la palette du peintre. Tant de points communs les rapprochent, douceur et révolte, situations absurdes et émotion authentique, beauté et bonté.
La Joie des profondeurs est le livre de leur rencontre.

 

«?Il est parti de son nom.
La poupe.
Ce n’était pas le gaillard d’avant mais l’individu qui contemplait ville, femmes et passé. Histoire familiale et géographie du rêve. On ne pilote pas par l’arrière pour autant. Pas par l’avant non plus. Avant toute interrogation politique, repérons la gauche ou la droite, en fonction de quel tribord et de quel bâbord et de quelle course aux étoiles un peintre peut s’orienter dans la vie et dans la pensée. Il faut bien s’orienter un peu non ? À ne rien faire, à perdre tout repère de proue et de poupe, le manège infernal se met en branle et dès lors le vortex menace.
Justement. Qu’il vienne.
Ce sera l’occasion, après toutes ces surfaces qui disent l’imbécillité de surface, d’aller faire un tour en profondeur, pour y trouver la joie.?»

 

 

Rousseau dort tranquille
Dessins de Denis Pouppeville
Format 19,5x14cm
144 pages Prix 15€
ISBN 978-2-918220-47-3

doms

La suite poétique «Rousseau dort tranquille» est composée dans un langage qu’on dirait volontiers proche du slam, c’est une poésie déclamatoire et pourtant très intimiste, elle masque derrière un vocabulaire ancré dans notre époque, dans notre relation quotidienne aux mots, un travail exigeant d’écriture, de perfection de la langue, d’amour du langage beau, du rythme, et se dégage de sa lecture une pensée engagée, soucieuse de l’autre et une pensée plus soucieuse de l’intime. Dans un texte adressé aux jeunes poètes, Jean-Luc Despax écrivait : «Les bons sentiments ne font pas des bons poèmes, les mauvais non plus. Mais il faut des sentiments.»
Les dessins de Denis Pouppeville sont dans le registre des poèmes : ils semblent voyeurs, mais chaque dessin dissimule un écart de regard vers quelque chose d’invisible.

 

Incorrigible

Il continuera de brûler les phrases d’avant silence
Avec sa petite amie.
Ne comptez pas sur lui
Pour donner son adresse
Ses mensurations
Qu’on sache seulement?:
Elle est la poésie

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


   

 


 


     
     

© Éditions L'herbe qui tremble 2013 - Mentions légales